For a Europe of Struggle and Solidarity

1st May, the International Workers Day, is not just a day to remember the past century’s achievements of the worker’s movement. More than 130 years after the workers’ revolt in Chicago, the realization of labour rights and social justice remains at the heart of our struggle and is a contemporary and urgent concerns.

The European Treaties adulate the market, austerity and neoliberal policies, breaking down workers’ conquests and attempt to diminish their victories by reducing pay, contributing to deteriorating working conditions, weakening collective bargaining and limiting workers’ and trade union rights. Neoliberal structural and market reforms impose more flexibility in the interest of the employers, less workers’ protection and weakening the trade unions.

The migrant workers and refugees suffer even more of the negative effects of the neoliberal policies as they are designated as scapegoating. This phenomenon aggravates racism and xenophobia within society which end up pitting the working class against its own.

We, as progressive and ecological forces from all around Europe, support the struggle of the working people and the unions against the neoliberal attacks, as we strive for a better future for all the world’s people.

Workers and people need a Europe that abandons the profit-maximizing logic and puts people first. We need to start over on different bases and construct a Europe where solidarity trumps competition, and fundamental social rights trumps economic freedoms. Social dumping must end. Quality employment is necessary, not just minimum standards. Collective bargaining must be promoted and strengthened in order to increase wages and to improve working and living conditions.

Building a fundamentally different Europe requires that the current austerity policies and military build-up be ended and replaced by an economic policy focusing on public investments for sustainable growth, ecological transition and quality jobs, and by policies supporting peoples’ rights in all aspects of everyday life.

We will be present at activities and demonstrations on 1st May 2018. And we invite Trade Union representatives to participate actively in the next European Progressive Forum to be held from 9 to 11 November 2018 in Spain.

***

Pour une Europe de lutte et de solidarité

Le 1er mai, la Journée Internationale des travailleurs/euses, n’est pas seulement un jour pour se souvenir des accomplissements du mouvement ouvrier du siècle dernier. Plus de 130 après la révolte ouvrière à Chicago, l’application des droits du travail et la justice sociale restent au cœur de notre bataille et sont des préoccupations contemporaines et urgentes.

Les Traités européens adulent le marché, l’austérité et les politiques néolibérales démantèlent les conquêtes des travailleurs/euses et tentent de réduire leurs victoires, en diminuant les salaires, en contribuant à la détérioration des conditions du travail, affaiblissant la négociation collective et limitant les droits syndicaux et des travailleurs/euses. Des réformes structurelles néolibérales du marché du travail imposent plus de flexibilité dans l’intérêt du patronat, moins de protection des travailleurs/euses et l’affaiblissement des syndicats.

Les travailleurs/euses migrant(e)s et les réfugié(e)s subissent de façon aggravée les effets négatifs des politiques néolibérales du fait qu’elles/qu’ils sont désigné(e)s comme des boucs émissaires. Ce phénomène accroît le racisme et la xénophobie dans la société et aboutie à opposer la classe ouvrière entre elle.

Nous, en tant que forces progressistes et écologistes de toute l’Europe, soutenons la lutte des travailleurs/euses et des syndicats contre les attaques néolibérales, puisque nous aspirons à un avenir meilleur pour tous les peuples du monde.

Les travailleurs/euses et les peuples ont besoin d’une Europe qui abandonne la logique de maximisation des profits et qui place les gens au premier plan. Nous devons recommencer sur des bases différentes et construire une Europe où la solidarité l’emporte sur la concurrence, et où les droits sociaux fondamentaux l’emportent sur les libertés économiques. Il doit être mis fin au dumping social. Il faut des emplois de qualité et pas seulement des normes minimales. Les négociations sur la convention collective doivent être encouragées et renforcées afin d’augmenter les salaires et d’améliorer les conditions de travail et de vie.

Construire une Europe fondamentalement différente exige que les politiques d’austérité et de renforcement des capacités militaires actuelles soient abandonnées et remplacées par une politique économique axée sur des investissements publics pour une croissance durable, une transition écologique et des emplois de qualité, ainsi que pour des politiques soutenant le droit des peuples dans tous les aspects de la vie quotidienne.

Nous serons présents aux activités et manifestations du 1er mai 2018. Et nous invitons les représentants syndicaux à participer activement au prochain Forum Européen progressiste, qui aura lieu du 9 au 11 novembre 2018 en Espagne.

Close Menu
Top